Rechercher sur le Site

Le décret Peillon sur les rythmes scolaires doit et peut, être abandonné : Comités de pilotage mis en place par les mairies : quelle attitude adopter ?
Publié le 17 juin 2013 | Snudi-fo 22

Nous avons longuement démontré, y compris d’après les déclarations de ses partisans, le danger que représente ce décret pour les enseignants, mais aussi pour les élèves et pour les communes... Les informations qui nous parviennent des communes qui “passent” en 2013 font plus que confirmer nos inquiétudes. Le plus souvent tout est piétiné : nos conditions de travail, les fameux rythmes, la cohérence des temps scolaires, sans parler du respect voire de la simple courtoisie que nous sommes en droit d’attendre des élus... et, parfois, de notre hiérarchie !

Plus le temps passe, plus sont révélées les intentions du ministre Peillon qui dans le droit fil de ses prédécesseurs met en cause les principes fondamentaux de l’Ecole publique. La décision récente de faire entrer le groupe Total comme “actionnaire” de sa contre réforme sur les rythmes scolaires confirme, s’il en était besoin, que la morale laïque de M. Peillon est différente de la nôtre.

Mais, face à ces dangers, se dresse et s’organise un profond rejet. Pour n’en citer que quelques exemples :

Les 83% des communes nationalement, qui ont refusé de mettre en œuvre la réforme en 2013 ; 92% dans les Côtes-d’Armor.
Le rejet de la part des enseignants qui ont massivement fait grève le 12 février dernier pour exiger l’abrogation du décret
Les 1000 enseignants parisiens réunis à nouveau avec leurs organisations syndicales SNUDI-FO, SNUIPP-FSU, SUD Education, CGTEduc’action et CNT-STE le mercredi 22 mai pour exiger le retrait du projet Delanoë et l’abrogation du décret
Les enseignants de Blanquefort qui, avec FO, contraignent la mairie de Blanquefort (33) et le DASEN à retirer leur projet
les Unions locales de St Nazaire CGT, FO, SNUipp qui font signer ensemble une pétition pour le retrait du projet du maire
[…]

Le Ministre Peillon est aussi confronté à des difficultés inattendues comme celles de la CNAF qui refuse de payer avec l’argent des salariés les promesses du ministre ou comme celle du Conseil constitutionnel qui retoque le projet de décret du ministre modifiant les normes d’encadrement en lui rappelant entre autres choses que l’on n’expérimente pas sur la sécurité des mineurs et qu’il faut respecter l’égalité de traitement.

Dans ces conditions, pour le SNUDI-FO, tout doit être fait pour favoriser le retrait du décret Peillon. Celui-ci est à portée de main.

En conséquence nous pensons qu’il est souhaitable de ne pas siéger dans les “comités de pilotage” qui commencent à être proposés par les maires ou de s’en retirer. Le SNUDI-FO vous propose donc en pièce jointe un modèle de déclaration (que vous pouvez adapter) à lire au maire ou aux élus de votre commune si vous ne souhaitez pas participer au comité de pilotage qu’ils mettent en place.
Vous pouvez également l’envoyer par courrier au maire.

Par contre si vous envisagez de diffuser ce texte publiquement, il faut nous demander une version avec notre sigle syndical (auquel vous pourrez en ajouter d’autres si des collègues d’autres syndicats le décident) qui constituera une protection nécessaire.

cale




Adhérez à un syndicat qui a démontré son efficacité et son indépendance : adhérez au SNUDI-FO !
PDF - 257 ko
Bulletin d’adhésion 2020-2021

Dernier journal aux écoles
PDF - 4.9 Mo
Liaisons syndicales n°188

SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo