Rechercher sur le Site

Liaisons syndicales n°182 de septembre 2017
Publié le 25 septembre 2017 | SNUDI-FO 22

Éditorial

Décrets dits des rythmes scolaires, Ordonnances contre le code du travail, une même logique : détruire toutes les normes nationales !

FO n’accepte pas la mort du Code du travail sur ordonnances !
La méthode qui préside pour détruire le code du travail est la même que celle qui est à l’oeuvre dans l’éducation nationale : tout doit se discuter école par école, entreprise par entreprise, ce n’est plus de norme du tout, c’est le retour à l’individualisation complète du contrat de travail, c’est par exemple l’évaluation PPCR qui fait disparaître le système collectif de promotion.

36,8% des communes retournent à la semaine de 4 jours.
Pour le SNUDI-FO, cela ne fait que confirmer le rejet profond de la réforme Peillon/Hamon des rythmes scolaires par les enseignants, mais aussi les parents et les élus locaux. Dans les Côtes-d’Armor, ce sont 102 communes qui ont obtenu le retour à la semaine de 4 jours.
Pour autant, le décret Blanquer ne rétablit pas un cadre national, il permet même de déroger au calendrier des vacances scolaires : "Les rythmes doivent pouvoir être aménagés à la réalité de chaque territoire, permettant de maintenir la semaine de quatre jours et demi là où cette organisation est satisfaisante."
Pour le SNUDI-FO, au contraire, les rythmes scolaires ne peuvent être définis par commune, par école ou par territoire, en fonction de projets ou moyens locaux. Le SNUDI-FO revendique le même rythme dans toutes les écoles : 4 jours par semaine (lundi, mardi, jeudi, vendredi) répartis sur 36 semaines.

Des milliers de contrats aidés sont menacés de licenciement.
L’annonce gouvernementale de suppression de 149 000 contrats aidés montre à quelle enseigne sont traités les précaires, aux droits limités et pourtant régulièrement bafoués : 149 EVS-CUI seraient "rendus" par l’académie. Il est intolérable que des personnels précaires soient renvoyés au chômage, et que leurs missions indispensables d’accompagnement des enfants handicapés soient remises en cause. Le SNUDI-FO exige qu’aucun EVS-CUI ne soit renvoyé au chômage, revendique le réemploi de tous sur des postes statutaires de la fonction publique !

Les revendications ne manquent pas dans les Côtes-d’Armor !
La directrice académique a poursuivi son offensive sur les temps partiels lancée en 2016 : le SNUDI-FO a aidé les collègues à monter des recours étudiés à la CAPD du 31 août. Si nous avons gagné sur certains dossiers, la DASEN maintient des refus d’accorder les quotités souhaitées, laissant des collègues dans des situations impossibles. Plus grave, elle maintient pour la première fois des collègues à plein temps contre leur demande. Le SNUDI-FO22 a pris ses responsabilités en appelant à se rassembler le jour de la CAPD pour l’octroi de tous les temps partiels... ce que n’ont pas fait les autres syndicats (SNUipp, UNSA et SUD-Éducation) que nous avions sollicités.
Les recours par rapport à des affectations mouvement très difficiles ne seront étudiées que le 26 septembre : collègues avec de très jeunes enfants envoyés à une heure de leur domicile, sans moyen de garde ; postes fractionnés totalement éclatés multipliant les déplacements ; nomination en établissement spécialisé à l’autre bout du département ; collègues changés d’école la veille de la rentrée...
Lors du comité technique de rentrée, la DASEN ne revoit la situation que d’un minimum d’écoles, laissant donc des écoles avec des effectifs très chargés. Le prétexte est la nécessité de fermer pour permettre une ouverture... Les postes confisqués au département doivent être rendus ! FO a voté contre les propositions de la DASEN de mesures de carte scolaire (seule la CFDT s’est abstenue).
A cela s’ajoute le gel du point d’indice et le blocage de la soi-disant revalorisation PPCR, l’augmentation de la CSG, l’annonce du rétablissement du jour de carence, de la suppression du calcul de la retraite sur les 6 derniers mois...

La question de la grève pour gagner sur les revendications est posée.
Il faut stopper la destruction de tous nos droits collectifs. Assez des journées d’action ! Les syndicats FO et CGT des transports n’ouvrent-ils pas la voie en appelant à la grève reconductible à partir du 25 septembre ? Le SNUDI-FO 22 appelle tous les collègues à se réunir pour en discuter, à venir nombreux à nos réunions d’information syndicale, à s’organiser en rejoignant le SNUDI-FO 22 !

cale




@ Réunion AESH

en visioconférence ou à FO

Mercredi 17 juin à 14h30

DÉFENDONS LES DROITS DES AESH

S’inscrire en écrivant à l’adresse snudi.fo22@free.fr


Dernier journal aux écoles
PDF - 4.9 Mo
Liaisons syndicales n°188

Mouvement 2020
PDF - 653.1 ko
Mémento SNUDI-FO 22 mouvement 2020

Renforcez un syndicat qui a démontré son efficacité et son indépendance : adhérez au SNUDI-FO !
PDF - 254 ko
Bulletin adhésion 2019-2020

SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo