Rechercher sur le Site

Ni amendable, ni négociable ! Retrait de la loi Blanquer !
Publié le 21 mai 2019 | SNUDI-FO 22

Les sénateurs aggravent le projet de loi...

Le Ministre communique sur la réécriture de l’article 6 de sa loi sur les EPSF, mais le Sénat propose des amendements qui aggravent et confirment le contenu réactionnaire de la loi Blanquer (annualisation du temps de service, statut de directeur « autorité hiérarchique », affectation soumise à la décision du chef d’établissement, pérennisation du transfert de la mission d’instruction aux jardins d’enfants privés, formation continue des enseignants en priorité en dehors des obligations de service d’enseignement...). Macron parle de baisser les effectifs par classe, mais il supprime des moyens. Il parle de revalorisation, mais il continue le blocage des salaires et programme le recrutement de personnels contractuels et précaires, sans statut, en lieu et place des fonctionnaires.

Tous les problèmes demeurent.

... pendant que le ministre anticipe sa contre-réforme.

80 quartiers sont désignés par le ministre pour constituer des cités éducatives à la rentrée 2019 : c’est la logique des EPSF mise en œuvre dès la rentrée sous couvert d’expérimentation !

Le projet de circulaire ministérielle de rentrée 2019 confirme de son côté les menaces contre la maternelle : tout est prêt pour que des personnels non enseignants hors Éducation nationale puissent suppléer les professeurs des écoles. La circulaire tend également à réduire l’école maternelle et les missions des PE à « l’accueil et la coopération avec les parents (...) »

Le projet de loi est largement rejeté. Il doit être retiré !

La loi Blanquer n’est ni amendable, ni négociable. Elle doit être retirée. Les contre-réformes dans l’Education nationale (Parcoursup, réforme du lycée et du baccalauréat...) doivent être abandonnées. Le projet de loi de destruction de la Fonction publique n’est pas plus acceptable.

Dans les Côtes-d’Armor, de nombreuses réunions avec les parents d’élèves, des rassemblements ont été organisés.

Des conseils municipaux prennent position contre la loi Blanquer. Ces délibérations remontent à l’Union départementale FO en réponse au courrier adressé à tous les maires du département. Citons celle des Champs Géraux : « cette loi n’inspire pas confiance car elle laisse présager la fin de la compétence scolaire des communes. ». Le conseil municipal de Hémonstoir, réuni le 26 avril pour étudier « le voeu visant à s’opposer au projet de loi "Pour une école de la confiance" » vote (lui-aussi à l’unanimité) : « cette loi remet en cause un des principes fondamentaux de l’école républicaine : l’égalité entre les élèves. ».

Le SNUDI-FO appelle les personnels à se réunir dans les écoles pour exiger l’abandon du projet de loi Blanquer et décider des suites à donner, par l’action efficace à même de faire céder le ministre, y compris la grève jusqu’à satisfaction.

PDF - 168 ko
SNUDI-FO22 projet loi "école de la confiance" gravé par le sénat
PDF - 273.6 ko
Communiqué cités éducatives
PDF - 232.9 ko
Communiqué maternelle
cale




Adhérez à un syndicat qui a démontré son efficacité et son indépendance : adhérez au SNUDI-FO !
PDF - 257 ko
Bulletin d’adhésion 2020-2021

Dernier journal aux écoles
PDF - 4.9 Mo
Liaisons syndicales n°188

Réunions d’information syndicale
PDF - 156.5 ko
RIS nov-déc 2020

SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo