Rechercher sur le Site

QUESTIONNAIRE DU « COMITÉ DE SUIVI » EN DÉFENSE DE LA CONTRE-RÉFORME DITE « DES RYTHMES SCOLAIRES » … OU INDÉPENDANCE SYNDICALE POUR COMBATTRE LA TERRITORIALISATION DE L’ÉCOLE ?
Publié le 31 mai 2015 | Snudi-fo 22

La tâche du SNUDI-FO est d’aider les enseignants à combattre la contre réforme
dite « des rythmes scolaires », pas d’aider l’administration à rédiger des questionnaires dont elle ne tiendra aucun compte…

Il y a quelques jours, la Direction académique a adressé aux mairies, pour diffusion aux parents d’élèves, un questionnaire élaboré par le comité départemental de suivi de la contre-réforme dite « des rythmes scolaires ». Le SGEN-CFDT, qui s’y connaît en accompagnement des contre-réformes, ne manque pas de signaler que ce questionnaire « a été construit en comité de suivi en présence des représentants syndicaux (sauf SNUDI-FO) ».

Lorsqu’il avait été invité à participer à ce groupe de suivi, le SNUDI-FO avait publié sa réponse sous la forme d’une lettre ouverte à la directrice académique dans laquelle il écrivait notamment :

« […] L’organisation elle-même du “groupe de suivi” auquel vous nous invitez est en parfaite cohérence avec ses objectifs [« favoriser les ambitions éducatives des territoires »]. Vous nous annoncez qu’il serait constitué de deux sous-groupes :

• le premier sous-groupe nie la représentation des personnels issue des élections professionnelles en ne respectant pas les résultats de ces dernières, ni à la CAPD, ni au CTSD. Il s’agit d’une représentation sur mesure décidée par vous-même en fonction de l’objectif que vous assignez à ce groupe de suivi ;

• le second sous-groupe sera composé de “partenaires impliqués dans la mise en œuvre des nouveaux rythmes” ce qui permet de réunir, par exemple, des élus politiques, des responsables d’associations de diverses natures, choisis sur la base de critères non précisés mais sans aucun doute sur leur détermination à faire valoir des “ambitions éducatives” pour “leurs territoires”.

Un groupe de suivi organisé dans une telle confusion des genres et des rôles pourrait éventuellement se muer en groupe de pression ou de propagande, mais en quoi a-t-il légitimité et compétence pour réaliser une “évaluation de la mise en œuvre des rythmes scolaires” ? »

Une « consultation » orientée, co-organisée par la direction académique…
et des organisations syndicales !

Aujourd’hui, donc, la direction académique et des organisation syndicales (SGEN-CFDT, SNUipp, SE-UNSA), organisées dans ce groupe de suivi, demandent aux mairies de diffuser un questionnaire aux parents.

En préambule de ce questionnaire la direction académique et ces organisations syndicales, rappellent ensemble aux parents, en encadré, les propos du ministre Peillon selon lesquels « la réforme de l’organisation du temps scolaire à l’école primaire doit permettre aux enfants de mieux apprendre en répartissant les heures de classe sur un plus grand nombre de jours dans l’année et en privilégiant les moments de la journée où ils sont les plus attentifs. Elle conduit à rassembler les élus de toute la communauté éducative autour de cet objectif [ ...] Au service des écoliers de France, nous devons mener à bien cette ambition. ». Avec une telle entrée en matière, on imagine où vont terminer les demandes de retrait de la contre-réforme ou même les critiques un peu sévères de celle-ci !

Puis, dans la plus grande confusion des genres, mais en parfaite cohérence avec l’objectif de territorialisation de l’école, la direction académique et les organisations syndicales, demandent aux parents d’élèves de transmettre leur avis, toujours via les élus locaux, sur, entre autres choses, la « qualité des relations avec les enseignants depuis la mise en œuvre de la réforme » !

Alors, sans ironie aucune, nous sommes reconnaissants au SGEN-CFDT d’avoir rappelé que le SNUDI-FO n’a pris aucune part dans cette opération que nous laissons à chacun le soin de qualifier.

L’indépendance syndicale du SNUDI-FO, un outil indispensable
pour défendre les revendications

Le SNUDI-FO estime quant à lui que le rôle d’une organisation syndicale est de défendre les enseignants confrontés quotidiennement aux conséquences de la contre-réforme du ministre Peillon et nous ne pouvons que reprendre ce que nous écrivions en conclusion de la lettre ouverte à la directrice académique évoquée plus haut :

« C’est pourquoi le SNUDI-FO grâce au dialogue permanent que ses adhérents entretiennent avec leurs collègues, engage pour sa part toutes ses forces dans un autre groupe de suivi : celui de la bataille à mener pour le nécessaire retrait des décrets Peillon / Hamon. »

Le SNUDI-FO rappelle que les mairies, qui dans leur grande majorité sont opposées à la contre réforme des rythmes scolaires qui leur a été imposée, n’ont aucune obligation de diffuser les sondages tendancieux émanant de la direction académique, même associée pour l’occasion à certaines organisations syndicales.

Pour l’action commune 1er–2nd degrés, contre la territorialisation de l’école

Pour le retrait de la contre-réforme des collèges, de la contre réforme des rythmes scolaires, des PEDT et autres cycles CM2/6ème… le SNUDI-FO avec la FNEC FP-FO appelle tous les enseignants du premier et du second degrés à discuter ensemble des suites qu’il convient de donner aux puissantes mobilisations des enseignants des écoles, des collèges et des lycées, telles que celle du 19 mai, avec leurs organisations syndicales, contre la territorialisation de l’école.

Adhérez à un syndicat indépendant et déterminé,
rejoignez le SNUDI-FO

SNUDI-FO des Côtes-d’Armor 5 rue de Brest 22000 St Brieuc Tél : 02 96 33 94 46 • Site : http://22.fo-snudi.fr/

cale




Adhérez à un syndicat qui a démontré son efficacité et son indépendance : adhérez au SNUDI-FO !
PDF - 257 ko
Bulletin d’adhésion 2020-2021

Dernier journal aux écoles
PDF - 600 ko
Journal n°189

Réunions d’information syndicale
PDF - 155.9 ko
RIS nov-déc 2020

SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo