Rechercher sur le Site

la Direction académique veut interdire la Réunion d’Information Syndicale (RIS)
Publié le 21 septembre 2014 | Snudi-fo 22

Méprisant le droit syndical
de tous les enseignants,
la Direction académique veut interdire
la Réunion d’Information Syndicale (RIS)
convoquée par le SNUDI
- ­‐
FO
22
le mercredi matin 24 septembre.
Durant l’été
un nouvel arrêté
définissant
le droit des enseignants à participer aux RIS
a été
publié. Il
abroge un arrêté précédent
et une note de service qui y était attachée qui
interdisaient (de manière tout à fait abusive d’ailleurs) les RIS sur le temps d’enseignement.
Le nouvel arrêté auto
rise les RIS « 
pendant les heures de service
 »
et ne distingue pas le
temps d’enseignement et les 108 heures annualisées. Cet arrêté contraint en outre
l’administration à engager une « 
concertation avec les organisations syndicales des personnels
concernée
s, une semaine au moins avant la date retenue pour chacune de ces réunions
 ».
En violation totale du Droit, la direction académique
 :
- ­‐
a laissé sans réponse le courrier
du
SNUDI
- ­‐
FO l’informant
dès le 1
er
septembre
de son
intention de convoquer une RIS le
24 septembre au matin.
- ­‐
s’est contenté de faire dire par les IEN, téléphoniquement, aux collègues qui avaient adressé
une demande de participation à cette RIS que celle
- ­‐
ci leur était refusée.
- ­‐
a répondu à une seconde lettre du SNUDI
- ­‐
FO
argumentée en dro
it
, avec pour
seul “argument”
que
« 
les pratiques départementales en vigueur restent inchangées à ce jour
 »
 !
- ­‐
ne s’est même pas donné la peine d’engager une quelconque concertation, comme l’exige le
décret, avec le SNUDI
- ­‐
FO.
Décidément les ministres de
l’Education nationale et leur
administration ont décidé de s’émanciper de toutes les contrainte
s
de droit, républicain, syndical, démocratique...
Après avoir ignoré superbement le rejet massif des décrets Peillon et Hamon
que faisaient
entendre
enseignants,
parents et élus aprè
s n’y avoir répondu que par un battage médiatique
sans précédent,
l’administration de l’Education nationale a décidé de s’en prendre au doit
syndical.
Sans doute a
- ­‐
t
- ­‐
elle assimilé la formule célèbre
 :
« 
Le droit syndical est le premier
de tous les droits car c’est celui
qui permet de défendre tous les autres
 »
Cette interdiction est d’une gravité exceptionnelle
.
Face à cela
 :
• nous avons interpellé le Préfet des Côtes
- ­‐
d’Armor
 ;
• notre syndicat national intervient auprès du ministère
 ;

nous appelons tous les collègues à adresser dès aujourd’hui leur intention de participer
à la RIS
(voir pièce jointe)
convoquée par le SNUDI
- ­‐
FO le mercredi matin 24 septembre
et
à exiger un refus écrit s’ils sont contactés téléphoniquement pour leur enjoindre de ne
pas s’
y rendre.
Provocation ultime
l’administration de l’Education nationale vient d’adres
s
er un courrier aux
écoles les informant que les élèves
vaqueront le jeudi 9 octobre après
- ­‐
midi afin « 
d’associer les
personnels à la réflexion collective et de recueill
ir des avis, des réactions et des suggestions sur
le projet de socle commun
 ».
Ils doivent
arrêter de se moquer de nous
 !
Comme toutes les consultations précédentes, tout le monde sait que les décisions sont déjà
prises. Une petite maladresse avait d’ailleu
rs amené le ministère il y a quelques années à publier
les résultats de sa concertation sur les programmes... avant la fin de cette concertation
 !
Les élèves vaqueront pour servir la propagande ministérielle
,
mais le respect du droit syndical durant le tem
ps de service
serait attentatoire au droit
à l

instruction
 !
Il faut arrêter le cours sans frein de la destruction de nos droits
fondamentaux.

cale




Adhérez à un syndicat qui a démontré son efficacité et son indépendance : adhérez au SNUDI-FO !
PDF - 257 ko
Bulletin d’adhésion 2020-2021

Dernier journal aux écoles
PDF - 4.9 Mo
Liaisons syndicales n°188

SPIP 3.1.3 [23214] habillé par le Snudi Fo